Tribune libre

Jean Guyot, un financier humaniste (fiche de lecture)

Arthur Manset est étudiant en sciences politiques à la Georgetown University de Washington D.C. Il a lu la biographie qu’Alessandro Giacone a consacré à Jean Guyot (« Jean Guyot, un financier humaniste » aux Editions du CNRS) et a adressé au Groupe des Belles-Feuilles la note de lecture ci-après. Nous le remercions de nous avoir autorisés à la mettre en ligne.

Sauver l’euro : notre responsabilité européenne et mondiale

par : 
Frédéric Allemand
 
L’euro est notre monnaie. Il est le vrai lien de notre société, l’un des signes tangibles de l’existence de l’Europe. Rien ne rapproche autant les hommes, ne leur donne le sentiment d’appartenir à la même société, que de se servir des mêmes espèces, des mêmes unités. De fait, l’euro donne le sentiment au citoyen européen d’être partout chez lui en Europe. Quelle étrangeté ressent-il ainsi habitué à utiliser la même monnaie de Tallinn à Athènes, en passant par Berlin et Paris, lorsqu’il doit changer de devise pour visiter Londres ou Prague.

L'Europe, déesse nue

par : 
Frédéric Allemand

Europe est une déesse nue. Le nouveau parement constitutionnel, dont elle fut revêtue en décembre 2009 à Lisbonne, et que le dernier Conseil européen vient de rapiécer, n'éblouit que les crédules. (...)

Article paru dans La Croix, le 21 décembre 2010

La PAC : un domaine stratégique à renationaliser ?

par : 
Frédéric Allemand

D’ici fin 2012, la plus ancienne des politiques communautaires sera révisée. La définition d’un nouveau cadre financier pluriannuel couvrant la période 2007-2014 impose une réflexion sur l’emploi des crédits budgétaires affectés au secteur agricole. Comme à chaque fois, les débats revitaliseront les clivages entre les Etats membres selon le niveau de leur contribution au budget, l’importance de leur main d’œuvre agricole respective, le niveau de productivité. La dernière réforme de la PAC est intervenue en juin 2003.

La révision des perspectives budgétaires européennes pour la période 2014-2020 : la solidarité en suspens

par : 
Frédéric Allemand

Etablie en 1988 sous l’impulsion de la présidence Delors, la programmation budgétaire pluriannuelle fixe l’évolution du budget de l’Union sur une période de 7 ans, ainsi que l’évolution globale des différentes rubriques budgétaires. D’un montant total de 975 milliards d’euros en crédits d’engagements sur la période 2007-2013, l’exercice actuel fut adopté en décembre 2005 de façon peu consensuelle entre les Etats membres. Les clivages portèrent sur le volume du budget, sur les politiques à soutenir de façon prioritaire (politique de compétitivité et de croissance / PAC), sur l’évolution de la politique de cohésion.

La sécurité énergétique européenne : le triangle France, Allemagne, Russie

par : 
Frédéric Allemand

 La stratégie de renouveau de la puissance politique et économique russe conduite par Vladimir Poutine s’est traduite par la prise de contrôle d’une large partie du secteur énergétique par quelques entreprises liée à l’État russe, dont la principale est Gazprom. La société a cherché à contrôler le prix du gaz et à renforcer son contrôle sur les infrastructures de transit vers son premier marché d’exportation : l’Europe. Durant l’hiver 2004, Gazprom obtient du Président biélorusse d’acheter Beltrangas, propriétaire du gazoduc assurant le transit (Yamal-Europe), après avoir suspendu ses livraisons transitant par la Biélorussie.

Réponse à Nicolas Roussellier, et au-delà

par : 
Marc Joly

Je viens de prendre connaissance du compte rendu de mon livre Le mythe Jean Monnet publié dans la revue Vingtième siècle sous la signature de Nicolas Roussellier[1]. J’y suis dépeint sous les traits d’une sorte de pamphlétaire « noniste de gauche » qui, honteux, refuserait de s’assumer comme tel. Rien de moins ! C’est tellement contraire au propos de mon livre et à ce que devrait être en toute rigueur un compte rendu scientifique que je me permets d’abuser de la générosité de mes amis du Groupe des belles feuilles (groupuscule « noniste de gauche » bien connu…) pour exercer un droit de réponse que les revues ont pour principe raisonnable de refuser ; en l’espèce, il ne m’apparaît pas abusif.

Quelle coopération entre l’Allemagne et la France en matière de politique industrielle ?

 
Le 4 février prochain aura lieu le 12e conseil des ministres franco-allemand. Très attendu il y a quelques mois, il l’est moins aujourd’hui. Après les grandes déclarations d’intention de 2009 sur la relance du couple moteur de l’Union, l’heure est plutôt à la discrétion. Ce revirement est symptomatique de la relation entre les deux pays : pavée de bonnes intentions et de larges incompréhensions, en particulier en matière industrielle. Dans ces conditions, quelle ambition porter dans les mois à venir pour un programme industriel franco-allemand?
 
Tous les pays d’Europe veulent que Français et Allemands s’entendent. Il en va aussi de leur propre intérêt. L’entente franco-allemande n’est certes pas suffisante mais elle est nécessaire.
Syndiquer le contenu