Position

Publications signalant les prises de position du Groupe des Belles Feuilles ou de ses membres

Entretien avec Jean Picq : La réforme de l'État et l'Europe sont liées

Secrétaire général de la Défense nationale (SGDN) de juillet 1995 à décembre 1996, auteur d'un ouvrage intitulé Il faut aimer l'État ainsi que d'un rapport remarqué sur la réforme de l'État, Jean Picq, aujourd'hui conseiller-maître à la Cour des comptes, estime qu'une telle réforme ne peut pas être dissociée de la définition d'une stratégie européenne. Empêtré dans sa tradition centralisatrice, l'État français doit apprendre à mieux transférer ses compétences, vers le haut comme vers le bas : c'est vrai des ministres, comme des parlementaires qui ne devraient pas être acculés au "tout ou rien" au moment de la ratification des traités européens, ou de la haute administration.

Réformer l'État : Penseurs d'Europe

De Jean Monnet à Alphonse Dupront, le président de la Fondation Hippocrène nous fait revisiter, à travers un certain nombre de citations choisies, les fondements de l'idée de la construction européenne. Ce plaidoyer en faveur d'institutions communes devrait se lire comme un aide-mémoire pour les décideurs actuels afin de les aider à surmonter les obstacles présents et futurs.

Institutions européennes : Le parlement européen, une antichambre de la parité ?

Avec 28 % de femmes élues sur les 626 députés que compte actuellement le Parlement européen, cette institution peut servir d'exemple aux États membres de l'Europe méridionale (Grèce, France, Italie, Portugal, Espagne), où la participation des femmes dans les parlements nationaux reste très faible. Produit par l'Association des Femmes de l'Europe méridionale (AFEM), dans le cadre du quatrième Programme d'action communautaire pour l'égalité des chances entre les femmes et les hommes, un film vidéo présentant les réalisations des institutions communautaires, et plus particulièrement celles du Parlement européen, vise à inciter les femmes du sud de l'Europe à prendre une part plus active.

Institutions européennes : Quelle politique étrangère pour l'Europe du XXIe siècle ?

Contrairement aux pères fondateurs des États-Unis d'Amérique, les pères fondateurs de l'Europe ont eu à cœur —dès l'origine — d'affirmer sa présence sur la scène internationale. Aussi, si l’on dresse une analogie avec l'histoire de la politique étrangère américaine du siècle dernier, d'abord empreinte d'isolationnisme, puis d'interventionnisme et enfin d'impérialisme, on peut supposer que l'Union européenne ne s'arrêtera pas en chemin et agira de plus en plus comme un bloc vis-à-vis du monde extérieur. À moins que ses dirigeants n'acceptent sciemment l'impuissance et la désintégration, l'Europe est donc condamnée à devenir de plus en plus active sur la scène.

Institutions européennes : Quel bilan pour le traité d'Amsterdam ?

Le traité d'Amsterdam, qui devrait être ratifié par l'ensemble des États membres de l'Union européenne d'ici à la fin de l'année, a laissé une impression mitigée. Même si l'on constate des avancées significatives dans des domaines comme la justice et la sécurité intérieure ou la lutte contre le chômage, de nombreuses lacunes demeurent, concernant la réforme des institutions, qui était, pourtant, le but que s'étaient fixé les Quinze en se lançant dans la négociation d'un nouveau traité. S'il y a une leçon à retenir, c'est que le recours à une conférence intergouvernementale (CIG) pour réformer l'Union, et la préparer aux prochains élargissements, n’est pas le bon choix.

Entretien avec Jacob Söderman : Towards a more open, social and human administration in Europe

Finlandais d'origine et juriste de formation, Jacob Söderman est devenu en 1995 le premier médiateur européen nommé à Strasbourg par le Parlement européen. Sa mission consiste à recevoir les plaintes — en constante augmentation depuis trois ans — et à résoudre les conflits qui s’y rapportent entre les citoyens et les différentes institutions et organes européens. Victime de son propre succès, le médiateur a eu à cœur de réduire au maximum les délais pour les plaintes relevant de sa compétence tout en identifiant l'instance appropriée pour celles concernant les États membres. Parmi les réformes qu'il juge le plus nécessaires figurent la transparence, notamment certaines réunions du Conseil et de la Commission qu'il voudrait rendre publiques, et le libre accès aux documents officiels.

Industrie européenne de défense : plaidoyer pour un grand marché européen de l'armement

Destiné à traduire dans les faits l'idée d'un grand marché européen des produits de défense, le plan d'action en quatorze points dévoilé en novembre 1997 par la Commission européenne continue de piétiner. Devant l'ampleur et la rapidité des transformations en cours dans ce secteur, le directeur à la Direction générale de l'industrie en charge du dossier, Helmut Schmitt von Sydow, préconise d'initier — sans attendre la mise en place d'un nouveau cadre institutionnel — les mesures les plus urgentes pour la sauvegarde de la base industrielle et technologique des industries européennes de défense ainsi que la sauvegarde des emplois.

Entretien avec Guy-Michel Chauveau : Restructurations industrielles, "La France est le pays qui a fait le plus d'efforts !"

Prenant comme point de départ les discussions qui se sont déroulées dans le cadre de la mission spéciale sur le secteur aéronautique à l'Assemblée nationale, Guy-Michel Chauveau tire un bilan positif des restructurations réalisées en France depuis la publication, en juillet 1997, du rapport qu'il a cosigné avec Paul Quilès. Tenant pour acquis que le désengagement de l'État doit se poursuivre dans ce secteur, il ne craint pas que la constitution d'un pôle civil et militaire européen puisse se traduire par des transferts de souveraineté, hormis peut-être en ce qui concerne les très hautes technologies.

Syndiquer le contenu