Position

Publications signalant les prises de position du Groupe des Belles Feuilles ou de ses membres

Pour une réforme de l'Eurogroupe

Le projet de renforcer l’Eurogroupe vise à rendre la ligne de la politique économique de la zone euro plus claire et plus cohérente. et donc plus influente sur les anticipations et les comportements des agents économiques. Les améliorations dans le dialogue économique entre Etats membres rendront la politique monétaire plus aisée à définir et à mettre en œuvre.

Erasmus Puissance 10

Nous demandons aux candidats à l’élection présidentielle de s’engager en faveur de la démultiplication et de la démocratisation du programme Erasmus, afin de promouvoir une Europe de la mobilité accessible à tous.

Article Telos

L'Europe, une Constitution pour les générations futures

LES ECHOS- Tribune publiée dans la rubrique Idées, 22 et 23 août 2003.

L'opinion publique européenne en 1997 : l'Europe doit jouer un rôle plus important

Toujours en tête parmi les Européens les plus convaincus, les Irlandais, les Luxembourgeois et les Hollandais dépassent à une large majorité des pays comme la Suède, l'Autriche ou le Royaume-Uni, beaucoup plus sceptiques quant à leur appartenance à l'Union et aux bénéfices qu'elle peut leur apporter, ou l'Allemagne et la Finlande. En tendance longue (1992-1997), ce sont les Français qui conçoivent le mieux la double appartenance à leur pays et à l'Europe, ainsi que les Italiens et les Luxembourgeois.

Mieux expliquer le sens de l'Europe

L'information sur l'Europe telle qu'elle est pratiquée actuellement souffre d'un manque de sens et de mise en perspective. L'avènement de nouveaux outils d'information, et notamment Internet, peut pallier en partie ces lacunes à condition, toutefois, qu'un large public y ait accès. En France, des efforts particuliers ont été consentis par les pouvoirs publics pour permettre aux Parisiens mais aussi aux provinciaux de se connecter sur le web par l'intermédiaire du centre d'information "Sources d'Europe".

Union européenne : l'introuvable intérêt général ?

À partir d'une réflexion sémantique sur ce qu'est ou pourrait être l'intérêt général, en Europe, l'auteur, qui est chargée du département Études et Prospective à l'Institut de la décentralisation, nous livre les premières conclusions d'une petite enquête lancée au début de l'année auprès d'une centaine d'élus et de professionnels locaux concernant la manière dont ils perçoivent cette notion en dehors du cadre territorial de l'État nation.

Bilan du dialogue national pour l'Europe : essai sur l'identité européenne des Français

Destinée à préparer le sommet d'Amsterdam de juin 1997, la large consultation qui a eu lieu dans toutes les régions françaises d'octobre 1996 à mai 1997 avait pour but de cerner la manière dont les Français conçoivent leur identité au regard de la construction européenne. L'auteur — cosignataire avec l'ancien ministre de la Recherche Hubert Curien d'un rapport sur ce thème controversé — souligne les leçons de cette enquête parfois surprenante. Ainsi, s'il y a une forte demande des Français pour relier l'identité européenne à l'emploi et au social, les questions institutionnelles arrivent également en bonne place. Par ailleurs, au lieu que celles-ci soient perçues de façon "virtuelle", les Français demandent qu'on leur rende des comptes.

Réglementation européenne des OPA : le dilemme de la subsidiarité

En 1990, la Commission européenne avait proposé un projet de directive ambitieux pour abolir les obstacles aux prises de contrôle par voie d'OPA en Europe. Ce projet s'était heurté à l'opposition de trois États membres : l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Relancé lors de la dernière présidence française de l'Union, le nouveau projet de directive a été largement vidé de sa substance.

Syndiquer le contenu