Gouvernance économique

Entretien avec Jean-François Molle : Pour être acceptés, les OGM doivent apporter un bénéfice réel aux consommateurs

Pour le directeur de la sécurité alimentaire chez Danone, rien ne permet aujourd'hui de remettre en cause les autorisations de mise sur le marché des organismes génétiquement modifiés (OGM) : ni en ce qui concerne la sécurité du consommateur, ni en ce qui concerne celle du milieu naturel hormis pour le colza qui, d’ailleurs, n’a pas été autorisé. Cependant, la vigilance s'impose puisque le recul n'est que de quelques années. Même si l'étiquetage obligatoire prévu par Bruxelles n'est pas entièrement satisfaisant, il pourra au moins contribuer à apaiser les inquiétudes des consommateurs. Toutefois, le plus important reste la transparence et le débat et, surtout, des OGM avec des avantages tangibles pour le consommateur —sécurité, qualité, nutrition, voire prix — de ces nouvelles technologies.

Entretien avec Daniel Rahier : La pharmacie et l'alimentation, prochaines étapes pour les OGM après l'agriculture

Après avoir fait l'objet d'un long apprentissage ayant permis d'améliorer les semences et d'accroître les rendements agricoles, les biotechnologies ont désormais un rôle à jouer dans la pharmacie et l'alimentation. Pour le directeur des relations extérieures de Monsanto France, le développement des produits dits de "seconde génération" dépend toutefois d'une meilleure acceptation des OGM par les consommateurs européens. Prenant acte du fait que la décision de Monsanto de commercialiser ces produits sur le modèle américain était inappropriée, il regrette par ailleurs que le débat ait été biaisé de ce côté-ci de l'Atlantique avec des arguments jouant sur la peur.

Entretien avec Pierre-Étienne Bost : L'industrie européenne a besoin d'être remise dans la course !

Regrettant les "maladresses" qui ont prévalu lors de l'introduction des plantes transgéniques, notamment l'insistance sur la résistance aux herbicides et l'utilisation d'un gène de résistance à un antibiotique, Pierre-Étienne Bost défend ici le point de vue du chercheur, sans négliger celui du consommateur ou de l'utilisateur. Pour que l'Europe puisse combler son retard par rapport aux États-Unis en matière d'OGM, il préconise une meilleure intégration des efforts de recherche ainsi qu'une harmonisation des réglementations.

Groupe des BELLES FEUILLES : Pourquoi faut-il des biotechnologies agro-alimentaires et quel est leur intérêt ?

L'Europe et les États-Unis : Deregulation : a key factor to sustained economic growth in the United States

Tirant les leçons d'un voyage d'études effectué aux États-Unis par le Groupe des Belles Feuilles, les auteurs nous proposent un diagnostic sur les raisons du "miracle économique américain" des six dernières années. À l'heure où l'Europe poursuit, non sans douleur, la dérégulation de ses marchés, l'expérience américaine montre que ce processus, s'il est conduit à temps et en profondeur, constitue une source incontestable de progrès permettant une croissance soutenue dans le contexte de la globalisation. Sur le front de l'emploi, l'expérience américaine montre aussi que la flexibilité du marché combinée avec une plus grande transparence est fondamentale pour réduire le chômage et créer des emplois qualifiés.

La non consomation des fonds structurels : l'exemple de la France

Prenant l'exemple du Fonds social européen (FSE), le plus ancien parmi les différents fonds structurels, et s’arrêtant sur le cas particulier de la France, l'auteur dénonce la sous-consommation inquiétante des crédits destinés à l'emploi. Ce phénomène, général en Europe, est particulièrement aigu dans l'Hexagone, où près de 30% des fonds structurels des objectifs 3 et 4 ne sont pas utilisés. Pour remédier à des dérives qui menacent un système de décision administratif déjà fermé sur lui-même, une réforme profonde des modes de gestion doit être envisagée afin d'éviter, notamment, que les États ne soient tentés d'utiliser ces fonds pour combler leurs trous de trésorerie, sans exclure une approche plus prospective.

Industrie européenne de défense : plaidoyer pour un grand marché européen de l'armement

Destiné à traduire dans les faits l'idée d'un grand marché européen des produits de défense, le plan d'action en quatorze points dévoilé en novembre 1997 par la Commission européenne continue de piétiner. Devant l'ampleur et la rapidité des transformations en cours dans ce secteur, le directeur à la Direction générale de l'industrie en charge du dossier, Helmut Schmitt von Sydow, préconise d'initier — sans attendre la mise en place d'un nouveau cadre institutionnel — les mesures les plus urgentes pour la sauvegarde de la base industrielle et technologique des industries européennes de défense ainsi que la sauvegarde des emplois.

Entretien avec Guy-Michel Chauveau : Restructurations industrielles, "La France est le pays qui a fait le plus d'efforts !"

Prenant comme point de départ les discussions qui se sont déroulées dans le cadre de la mission spéciale sur le secteur aéronautique à l'Assemblée nationale, Guy-Michel Chauveau tire un bilan positif des restructurations réalisées en France depuis la publication, en juillet 1997, du rapport qu'il a cosigné avec Paul Quilès. Tenant pour acquis que le désengagement de l'État doit se poursuivre dans ce secteur, il ne craint pas que la constitution d'un pôle civil et militaire européen puisse se traduire par des transferts de souveraineté, hormis peut-être en ce qui concerne les très hautes technologies.

Institutions européennes : Europe et fraudes, les moyens d'agir

En augmentation constante, l’évasion financière (détournements de dépenses et moins-values de recettes publiques confondus) représente en Europe plus d’un milliard d’écus, soit 1,4 % du budget de l’Union. Pour qu’elle ne devienne pas l’un des exemples des défauts chroniques de la construction européenne, la fraude doit être combattue au niveau européen en permettant à la Commission d’engager des poursuites pénales contre les fraudeurs dans chaque État membre. La Conférence intergouvernementale (CIG) devrait permettre d’y voir plus clair.

Syndiquer le contenu