Les jeunes chercheurs ne voient pas la vie en rose