Pourquoi les entreprises allemandes souffrent pas (trop) de l’euro fort