L'Europe industrielle de la défense : L'agence européenne de l'armement et la compétitivité de l'industrie européenne de défense

Créée à l’initiative de l’Allemagne, de la France, de l’Italie et de la Grande-Bretagne, l’Agence européenne de l’armement, dont le siège est à Bonn, a vu le jour en décembre 1996. Sa mission est double : intégrer, d’une part, les politiques de sécurité des États membres et préserver, d’autre part, leurs capacités économiques indispensables à la politique de défense. Elle a aussi pour vocation de réaliser un libre marché de l’armement en Europe dans lequel elle jouerait le rôle d’une sorte de "centrale d’achat" pour les États membres tout en organisant leurs exportations vers les États extérieurs à l’OTAN.

Entretien avec Serge Dassault : Pas de coopérations industrielles sans volonté politique

Partisan farouche d'une préférence communautaire en matière d'achat d'armement, comme cela se pratique d'ailleurs aux États-Unis, Serge Dassault livre dans cet entretien sa vision de ce qu'est et devrait être l’Europe de la défense. Une volonté politique clairement affichée, et l'existence de programmes cohérents au niveau européen, sont les deux conditions pour que puisse s'ébaucher l'embryon d'une défense européenne dont le noyau dur serait constitué par la France et l'Allemagne. Car, contrairement au domaine civil, les restructurations ou les coopérations industrielles n'auront de sens dans le domaine militaire qu'à partir du moment où l'Europe sera unifiée.

Industries de la communication : Panoptique de la politique audiovisuelle européenne

Le paysage audiovisuel européen est en pleine transformation. La vieille rivalité entre grands groupes de communication privés cède graduellement le pas pour faire place à des coopérations de plus en plus vastes. Dominée par le débat sur la déréglementation, la télévision européenne du prochain siècle n’a pas encore trouvé sa voie. Mais, d’ores et déjà, sa vocation à renforcer l’intégration culturelle du continent s’affirme, un peu à la manière de la monnaie unique pour l’intégration économique.

Industries de la communication : La politique de concurrence européenne dans le domaine audiovisuel

Secteur économique à fort potentiel de croissance comme l’ensemble des industries et des services liés à la "société de l’information", l’audiovisuel est l’objet d’une attention vigilante de la part de la Commission européenne. Celle-ci doit en effet veiller à ce que le jeu concurrentiel ne soit pas faussé, voire éliminé par les concentrations, les alliances ou certains droits exclusifs sur les programmes. Toutefois, et en particulier dans le domaine des aides publiques, la Commission doit continuer à prendre en compte le fait que l’industrie audiovisuelle est aussi un véhicule essentiel de la culture en Europe.

Le secteur audiovisuel européen est caractérisé par une profonde mutation :

Industries de la communication : Les constellations satellitaires orbitales

Ex-sherpa de François Mitterrand à l'Élysée, Anne Lauvergeon a aujourd'hui la responsabilité du développement des activités du groupe Alcatel dans le domaine des télécommunications. Elle met ici en évidence les enjeux technologiques, industriels et financiers des constellations satellitaires . Représentant une alternative aux infrastructures de télécommunication terrestres, ces réseaux de satellites en orbite basse offrent de nombreux avantages pour les télécommunications.

Quarante ans après le lancement de Spoutnik et le début de l'ère spatiale, deux constellations de satellites devraient être mises en orbite pour assurer un service mondial de téléphonie mobile : Globalstar et Iridium. Cet événement présente des enjeux industriels et financiers considérables.

Industries de la communication : L'avenir de l'industrie spatiale en Europe et dans le monde

Après une course aux débouchés qui lui a permis de rattraper son retard, l'industrie spatiale européenne est aujourd'hui en avance dans un certain nombre de domaines clés malgré les subventions dont bénéficient les constructeurs américains. À un moment où la frontière entre télécommunications, informatique et audiovisuel s’estompe, un soutien sans faille de la part de Bruxelles est plus que jamais nécessaire.

Le secteur de l’espace se caractérise aujourd’hui par l’apparition de nouveaux acteurs et par une évolution générale du contexte socio-économique.

Entretien avec Bill Giles : Restructuration et alliances dans l'industrie aéronautique

Pour résister aux pressions américaines, notamment sur les coûts de production, les partenaires européens d'Airbus n'ont pas d'autre choix que de mettre en commun leurs activités civiles et de défense. Pour le président de British Aerospace (BAe) France, l'activité civile de la nouvelle société commerciale Airbus qui verra le jour d'ici à 1999 doit rester distincte. C'est dans ce secteur, en effet, que les profits les plus importants sont à attendre. Mais les aides publiques étant de plus en plus limitées, Airbus devra avoir recours au marché des capitaux pour financer ses nouveaux projets tels que le très gros porteur. Sur le plan militaire, les Européens, s'ils ne veulent pas être marginalisés, devront surmonter leur guerre fratricide.

Politiques des transports : Airbus à l'aube du troisème millénaire

Créé en 1970 par la France et l'Allemagne, Airbus Industrie, grâce à sa structure souple de groupement d'intérêt économique (GIE), a pu accueillir ultérieurement l’Espagnol CASA, puis le britannique British Aerospace et, enfin, l’italien Alenia avec l'A321. Aujourd'hui, numéro deux mondial derrière Boeing avec 30% du marché des avions civils, le consortium européen entend défendre et accroître ses parts de marché par une politique commerciale volontariste, notamment en Asie. Mais c'est sans doute dans la décision intervenue en janvier 1997 de transformer le GIE en une structure juridique plus “opérationnelle” que réside sa plus grande chance d'attirer de nouveaux partenaires.

Syndiquer le contenu