Mondialisation : un sondage... mondial

Le service « monde » de la BBC (BBC World Service) a fait réaliser un sondage sur la mondialisation, dont les charges ne seraient pas équitablement partagées selon 64% des personnes interrogées (34 500 personnes, dans 34 pays).

À la question de savoir si la mondialisation progresse trop vite, 19% répondent « beaucoup trop vite » et 32% « un peu trop vite ». Tout se passe donc comme si l’on ne souhaitait pas vraiment bloquer le processus de la mondialisation, mais plutôt le freiner légèrement. Toutefois, une minorité largement issue des pays en voie de développement (Turquie, Mexique, Philippines, Indonésie, Brésil, Kenya, et pays d’Amérique centrale) souhaite accélérer le processus, dans l’idée qu’il devrait permettre une plus juste redistribution des cartes.

Bien que le sondage ait été réalisé pour l’essentiel avant la crise financière, l’opinion générale est que l’économie nationale est sur une pente descendante (52% contre 41%), comme l’économie mondiale (46% contre 40%). L’inquiétude publique ne concerne pas d’abord l’évolution de l’économie, mais plutôt, comme le montre le sondage, la répartition des profits et des charges de la mondialisation, ainsi que son rythme.

La perception de la situation nationale varie fortement d’un pays à l’autre. Les pays optimistes sont la Chine (84% des personnes interrogées évoquent une amélioration), le Canada (72%), l’Australie (71%), la Russie (63%) et l’Inde (56%). Dans le camp des pessimistes, qui voient l’économie nationale se détériorer, on trouve l’Italie (86%), les Philippines (76%), l’Indonésie (76%), les Etats-Unis (74%) et le Portugal (72%).

L’opinion selon laquelle les profits et les charges liées à la mondialisation ne sont pas équitablement répartis est largement répandue en Corée du Sud (86%), en Italie (84%), au Portugal (84%), Japon (83%), au Chili (82%) et en Turquie (82%). À l’inverse, six pays décrivent leur système économique comme juste : les Etats Arabes Unis (72%), l’Australie (58%), le Canada (58%), la Chine (58%) et le Nigeria (53%). La présence de la Chine et du Nigeria dans ce groupe montre clairement que l’opinion publique, lorsqu’il s’agit de dire si un système économique est juste, se fonde très peu sur la répartition réelle des revenus.

L’opinion selon laquelle la mondialisation va trop vite est particulièrement répandue en Egypte (77%), en Australie (73%), en Chine (72%), en Espagne (68%) et en France (64%). Les seuls pays qui jugent qu’elle ne va pas assez vite sont les Philippines (71%), la Turquie (71%), l’Indonésie (53%) et le Brésil (51%).

Dans les pays industriels développés, l’idée la plus répandue est que le système économique est injuste, et que la mondialisation avance à un rythme trop rapide, susceptible de faire d’importants dégâts dans la société (France, Italie, Espagne, Corée du Sud, Japon, Allemagne, mais aussi Etats-Unis, Angleterre, Liban, Argentine, Israël, Chili). On trouve ensuite un groupe de pays émergents qui jugent leur économie nationale injuste, et espèrent qu’une mondialisation plus rapide corrigera la situation (Turquie, Philippines, Portugal, Indonésie, Brésil, Kenya, Mexique et pays d’Amérique centrale). Enfin, certains pays considèrent leur économie nationale comme juste, et sont inquiets devant une mondialisation trop rapide (Australie, Canada, Etats arabes unis, Egypte, Chine, Inde, Ghana et Nigeria.) Les Russes s’accordent sur le caractère injuste de leur système national, mais sont divisés sur ce qu’il faut attendre de la mondialisation.

Les résultats du sondage mondial GlobalScan doivent être interprétés avec prudence, dans les pays où seule la population urbaine a pu être interrogée : Brésil, Chili, Chine, Egypte, Indonésie, Liban, Philippines, Turquie, Etats arabes unis, et pays d’Amérique centrale. Ainsi, dans le cas du Brésil, un certain nombre de villes a été choisi, l’échantillon ne représentant que 15% de la population adulte du pays.

Source : GlobalScan – Program on International Policy Attitudes (PIPA)
Octobre 2007 - janvier 2008

 

Sur l'Europe et la mondialisation, voir aussi :

- le rapport remis par Laurent Cohen-Tanugi, mardi 15 avril, sur la stratégie de Lisbonne

- Euractiv, "L'adaptation de l'Europe à la mondialisation au coeur des débats"

- Le Monde, "La France en retard dans la stratégie de Lisbonne"