ÉLECTIONS EUROPÉENNES L’heure de vérité après 4 ans de crise(s) ?

Samedi 15 mars 2014

La séance du 15 mars nous conduira à nous intéresser au scrutin européen du 25 mai 2014, au cours duquel les citoyens français voteront pour renouveler leurs 74 députés.

 

Si la séance d’octobre fut l’occasion de nous interroger sur les stratégies des partis en période pré-électorale, il est temps maintenant de faire le point sur les rapports de force tels qu’ils se présentent en France et dans l’Union à l’approche du scrutin.

 

La désignation récente de Jean-Claude Junker comme tête de liste du Parti populaire européen lors de la future campagne, clôt une phase politique au cours de laquelle les partis disposant d’un groupe au Parlement (PPE, sociaux-démocrates, Libéraux, Verts, Gauche radicale) ont désigné leur prétendant à la présidence de la prochaine Commission européenne.

 

Les avancées du traité de Lisbonne renforcent le rôle de la chambre dans la désignation du futur chef de l’exécutif. Les députés vont-ils réussir à s’imposer alors que les Etats n’entendent pas se laisser déposséder de cette prérogative ? Le déficit démocratique va-t-il vraiment être partiellement comblé ou est-ce un faux semblant ?

 

Par ailleurs, nous avons assisté, au cours des derniers mois, à des rapprochements entre plusieurs partis d’extrême droite, de constituer une plateforme commune. Le Front national ne cache pas son souhait d’organiser avec le Parti de la Liberté néerlandais et d’autres alliés, une nouvelle force eurosceptique au sein de l’hémicycle.

 

Les extrêmes vont-ils prendre le pouvoir au sein du Parlement ? Ou plus marginalement, leur progression attendue va-t-elle rendre plus difficile la mise sur pied d’une majorité lors des votes ?

 

Mais avant toute chose, quels programmes ? La liberté de circulation, l’accord commercial UE/USA, l’immigration, l’intégration de la zone euro, quelles lignes de fractures entre les partis politiques français ?

 

Les campagnes électorales sont le moment de grandes promesses mais quels sont les pouvoirs des députés européens ? Peuvent ils réformer l’Union ? démocratiser la gestion de la monnaie unique ? faire bouger la politique de concurrence ? rendre l’Europe plus sociale ? Gérer les politiques d’immigration ? Leurs pouvoirs relèvent-ils davantage d’une gestion quotidienne du marché unique ?

 

Modérateur : Guillaume Borie, président du GBF.

La séance a été organisée avec le concours précieux de Jean-Sébastien Lefebvre

Panel des intervenants :

- Jean-Paul Gauzès, député européen UMP,

- Raquel Garrido, candidate du Parti de Gauche aux élections européennes

- Nora Hamadi, journaliste Europe à Public Sénat et présidente de l'Association des journalistes européens

- Un intervenant du Parti socialiste, à confirmer.

 

La séance aura lieu le samedi 15 mars de 9h00 à 12h30 au Bistrot de Paris (33 rue de Lille, 75007 Paris)http://g.co/maps/ng36c. Elle sera suivie d'un déjeuner.

Nous vous remercions de confirmer votre présence auprès de Thomas Raineau, délégué général du GBF : thomas.raineau@groupedesbellesfeuilles.eu

Le coût du déjeuner et de la séance est de 50 euros pour les non-auditeurs.