"EADS : modèle de champion européen de la défense et de la sécurité?"

Le 14 octobre 1999, Jean-Luc Lagardère, président d’Aérospatiale Matra et Jürgen Schrempp, président de Daimler Chrysler, annoncent la fusion de leur groupe en présence du Premier ministre français Lionel Jospin et du chancelier allemand Gerhard Schröder. Le 8 juillet 2000, la fusion d’Aérospatiale Matra, de DASA Allemagne ainsi que des actifs aéronautiques de la holding publique espagnole SEPI (CASA Espagne) est définitivement actée donnant naissance au premier grand groupe industriel européen dans le domaine aéronautique et spatial (civil et militaire),, European Aeronautic Defence and Space (EADS).

EADS compte aujourd’hui 133000 salariés répartis sur 170 sites dans le monde, pour un chiffre d’affaires de près de 50 milliards d’euros par an (76% dans le domaine civil, 24% dans le domaine de la défense). EADS est un groupe industriel qui développe des équipements civils et militaires comme le représentent ses quatre divisions : Airbus (CA Défense : 7,5% ; CA Civil : 92,5%), Eurocopter (CA Défense : 47% ; CA Civil : 53%), Astrium (CA Défense : 34% ; CA Civil : 66%), Cassidian (CA Défense : 92% ; CA Sécurité : 8%).

Au niveau mondial, EADS est l’un des deux grands de l’aéronautique civil avec Boeing, mais il n’est que le septième groupe industriel du secteur de la défense et de la sécurité[1] derrière les cinq grands groupes américains (Lockheed Martin, Boeing, General Dynamics, Raytheon, Northrop Grumman) et le britannique BAE Systems.

La dimension de « champion européen » d’EADS, peu contestable dans ses activités civiles, n’est donc pas si évidente dans le domaine militaire. C’est en analysant la « gouvernance » d’EADS et en éclairant sa fragmentation caractéristique de celle, plus large, de la Base industrielle de technologie et de défense (BITD) en Europe ainsi que de la demande, qu’il sera possible d’évaluer dans quelle mesure EADS représente ou pas un modèle de champion européen pour l’industrie de défense et de la sécurité ?

Nos invités:

  • Jean Fournet, Consultant en relations internationales ; ancien Secrétaire Général Adjoint de l’OTAN ; ancien Directeur National d’Armement et Directeur de la coopération et des affaires industrielles à la Direction générale de l’armement (DGA) du Ministère français de la défense ; Ingénieur Général de l’Armement hors classe.
  • Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Institut de recherches internationales et stratégiques (IRIS). Il dispense également des cours sur l’industrie d’armement et sur la politique de défense à l’IEP de Bordeaux, ainsi qu’à l’Ecole de l’Air à Salon de Provence.
  • Renaud Bellais, Senior Manager au sein de la direction Affaires publiques France d’EADS. Renaud Bellais est également chargé d’enseignement en économie de la défense et de la sécurité (ESM Saint Cyr Coëtquidan, Sciences Po Paris, Paris 2), en économie de l’innovation (Paris 1, ENSTA-Bretagne) et en économie industrielle internationale (ISRIS).

 

La séance aura lieu le samedi 17 novembre de 9h00 à 12h30 au Bistrot de Paris (33 rue de Lille, 75007 Paris).